Vitesse

Pour la vitesse (parcours de vitesse), le parcours de maniabilité est effectué encore une fois, avec dans certains cas de légères modifications. Cette fois, le temps compte et il n'y a pas de note de style, c'est le cavalier le plus rapide qui gagne. L'épreuve porte sur la coordination et l'anticipation du cavalier, de même que sur perméabilité, la rapidité, l'attention et l'habileté du cheval.

Franchir les mêmes obstacles que dans le parcours de travail - mais cette fois le plus rapidement et rationnellement possible - n'est pas si facile. Chaque faute entraîne des secondes de pénalité et l'on peut vite être disqualifié ; mais le chronomètre tourne, c'est une épreuve captivante aussi pour les spectateurs. Le choix de la bonne trajectoire peut être déterminant pour la victoire ou la défaite. Mais il ne suffit pas d'avoir un cheval rapide, car plus le cheval est serein, mieux le cavalier peut effectuer les exercices là où le cheval doit rester immobile.

Seules les catégories L, M et S prennent part au parcours de vitesse. Jusqu'à cette épreuve partielle, les paires ont déjà prouvé leur capacité à effectuer un travail calme, élégant et précis dans les épreuves de dressage et de maniabilité. C'est pourquoi chevaux et cavaliers apprécient tout autant de pouvoir se défouler de cette manière dans la dernière épreuve de la journée.