Dressage

Le dressage est pratiqué selon plusieurs degrés de difficultés comme une épreuve de dressage classique selon la Fédération Suisse des Sports Équestres. Dans l'équitation de travail, en comparaison avec les épreuves de dressage classique, le cheval doit être monté avec des transitions plus énergiques de l'arrière-main pour démontrer son aptitude au travail. Les reprises de dressage sont fixées par l'ARSETS.

Les reprises de dressage pour les catégories  E, A, L et M se trouvent sur la page d'accueil sous "Documents" et restent les mêmes pendant toute la saison de concours. La reprise de dressage pour la catégorie S se base sur la WAWE. Pour chaque figure exigée, les juges attribuent une note allant de 0 à 10. A cela s'ajoutent des notes globales pour les allures, l'impulsion, la soumission du cheval et les actions du cavalier ainsi qu'une note de présentation. Dans ce cadre, ce sont le tact et l'impulsion qui sont jugés, et non pas les prédispositions du cheval.

Le but du dressage selon les directives de la Fédération est le développement harmonieux des dispositions naturelles et des aptitudes du cheval. Il vise également à obtenir un cheval calme, obéissant, avec de l'impulsion, formant ainsi une unité parfaite avec son cavalier. Ces qualités se traduisent par: l'impulsion, qui procure la vivacité et l'éclat; la franchise, la fluidité et la régularité des allures; l'harmonie, la légèreté et l'aisance des mouvements; la cadence, qui marque bien les mouvements et les rend rythmiques et harmonieux; la perméabilité, qui s'exprime par une obéissance totale aux aides du cavalier; le placer - respectivement l'incurvation - parfaitement corrects correspondant au travail sur une ligne droite ou sur une courbe.

Le cheval donne ainsi l'impression de se manier par lui-même. Confiant et attentif, il suit son cavalier de manière volontaire et reste parfaitement placé ou incurvé sur une ligne droite ou sur une courbe, en fonction du travail demandé. Son pas est régulier, appliqué et se décompose de manière nette. Son trot est libre, souple, cadencé, porté et actif. Son galop est homogène, léger et rythmé. Son arrière-main est active; elle réagit à la moindre sollicitation du cavalier et agit ainsi comme un stimulant sur toutes les autres parties du corps du cheval. Grâce à son attention soutenue, son impulsion vers l'avant et sa perméabilité, le cheval réagit volontiers, avec calme et sans contrainte aux demandes de son cavalier.

Le cheval doit rester en main et "aux aides" pendant toute la durée du travail, même à l'arrêt. Il est "aux aides" lorsqu'il se trouve plus ou moins rassemblé, avec l'arrière-main correctement positionnée, un port de tête décontracté, le chanfrein légèrement devant la verticale, avec un contact aux rênes moelleux, régulé par l'assiette et les jambes du cavalier et qu'il n'oppose aucune résistance. L'attitude du cheval "aux aides" et le degré du rassembler dépendent de sa morphologie et de son niveau de formation. La connexion plus ou moins accentuée entre la bouche du cheval et la main du cavalier (contact), selon le niveau de formation du cheval, doit toujours être dictée par l'impulsion du cheval; elle doit s'effectuer d'arrière en avant et jamais d'avant en arrière, ce qui signifie qu'elle doit être réceptionnée, mais pas demandée, par la main du cavalier. Dans le rassembler, l'encolure s'élève en une courbe harmonieuse et décontractée du garrot à la nuque, cette dernière restant toujours le point le plus haut.